Le rôle du collagène et son utilisation en cosmétique.

janvier 13, 2021

Le rôle du collagène et son utilisation en cosmétique.

Le collagène est la protéine la plus abondante du corps humain ; elle représente 20 à 30% du total des protéines chez une personne adulte. Elle compose toutes les structures du corps telles que les articulations, le cartilage, les ligaments… et assure la cohésion entre les tissus et les organes. Dans la peau, le collagène est présent au niveau des trois couches cutanées, l’épiderme, le derme et l’hypoderme. Il lui apporte cohésion, fermeté, résistance et hydratation.

Le vieillissement naturel de la peau entraîne une diminution progressive du collagène natif, qui est la cause de l’apparition des premiers signes de l’âge : rides, ridules, perte de fermeté…

Ces effets peuvent cependant être anticipés et comblés en optimisant la présence de collagène dans notre corps, par un apport externe ou en favorisant sa production. La cosmétique est aujourd’hui un des moyens les plus répandus et efficaces pour faire face à ce déficit, à condition d’utiliser un collagène en parfaite affinité avec la peau.

 

La structure de la peau

La peau est l’organe le plus grand et le plus lourd du corps humain. Elle assure de nombreuses fonctions vitales de l’organisme et joue un rôle de barrière de protection contre les agressions externes. Elle est formée par trois couches de tissus, chacune étant caractérisée par le type de cellules qu’elle contient : 

  • L’épiderme, la couche superficielle de la peau, est composée de kératinocytes, de mélanocytes et de cellules de Langherans
  • Le derme contient des fibroblastes. C’est aussi le lieu de nombreux échanges biologiques grâce à sa vascularisation importante.
  • L’hypoderme est la couche la plus profonde et contient des cellules adipeuses.

La peau est aussi formée par la matrice extracellulaire. Comme son nom l’indique, on la retrouve à l’extérieur des cellules, entre le derme et l’épiderme. Elle constitue l’architecture fondamentale de soutien de la peau, et assure la cohésion des éléments biologiques qui s’y trouvent. Elle est composée de trois éléments principaux : le collagène, l’élastine et l’acide hyaluronique.

Le collagène est le composant présent en plus grande quantité et assure la fermeté de la peau. L’élastine quant à elle forme les fibres élastiques. Elle confère à la peau son élasticité et ses propriétés de « mémoire de forme » qui lui permettent de reprendre sa position initiale après avoir été étirée ou pincée. L’acide hyaluronique, un glucide complexe de type glycosaminoglycanes (GAGs), est capable d’absorber une grande quantité d’eau et assure ainsi l’hydratation cutanée. Tous ces éléments sont continuellement renouvelés grâce à un mécanisme naturel faisant intervenir des enzymes. Certaines assurent la destruction des composants à renouveler, tandis que d’autres permettent leur synthèse pour les renouveler. Les enzymes destructrices sont appelées collagénase, élastase et hyaluronidase et détruisent respectivement le collagène, l’élastine et l’acide hyaluronique.

On y retrouve également des glycoprotéines, des protéoglycanes et de l’eau chargée d’éléments vitaux comme les nutriments.

 

Le collagène dans la peau : définition et rôle

Présent au niveau du derme, de la jonction avec l’épiderme et de l’hypoderme, le collagène est caractérisé par sa structure en triple hélice. Cette protéine est formée par des molécules appelées « tropocollagène », elles-mêmes synthétisées par les fibroblastes, cellules responsables de la formation de la matrice extracellulaire. Lorsqu’elles sont assemblées, les protéines de collagènes forment les fibres de collagène. Ces dernières créent un maillage dans les tissus qu’elles composent, et confèrent ainsi à la peau sa propriété de grande résistance mécanique à l’étirement.

Le collagène est également reconnu pour ses propriétés hydratantes. En retenant l’eau, il fait partie des facteurs responsables de l’hydratation de la peau, et assure ainsi sa souplesse, son confort, sa cohésion et son élasticité.

Cependant, la quantité de collagène diminue au fil des années, laissant apparaître les premiers signes du vieillissement cutané. En effet, à partir de 25 ans, le derme perd l’équivalent de 1% de collagène par an, jusqu’à atteindre une moyenne de 30% après la ménopause chez les femmes. Cette diminution s’explique par deux phénomènes naturels complémentaires :

- Les fibroblastes vieillissent et leur capacité à produire du collagène est altérée ;

- un processus d’oxydation (glycation du collagène) entraîne la dégradation et la déstructuration des fibres de collagène.

Des facteurs externes et environnementaux, comme les rayons UV, le tabagisme, une mauvaise alimentation ou encore la pollution amplifient cette diminution du collagène avec pour conséquence un vieillissement cutané prématuré.

 

Les différents types de collagène dans la peau

Vingt-huit types de collagène sont actuellement identifiés, dont au moins douze s’expriment dans la peau. Chacun est adapté à la fonction qu’il exerce dans le tissu, et ils ont tous comme caractéristique commune un assemblage en triple-hélice mais diffèrent entre eux par leur structuration finale (fibres, réseaux, fibrilles d’ancrage, …). Cette structuration confère à chacun de ces collagènes une fonction spécifique et complémentaire aux autres collagènes dans les tissus et notamment dans la peau.

Le collagène de type I est celui qu’on retrouve en plus grande quantité dans le corps, jusqu’à 90% de l’ensemble des protéines de collagène. Il se trouve au niveau des tissus conjonctifs de la peau, des ligaments, des tendons et des os. Il favorise la flexibilité des muscles, la densité de la masse osseuse et la force des cheveux et des ongles. Dans la peau, il est présent au niveau du derme cutané : il apporte résistance et fermeté, tout en donnant ses propriétés élastiques et extensibles à la peau.

C’est celui qu’on retrouve principalement dans les produits anti-âges car il est facile à extraire des êtres vivants qui nous entourent (carcasse d’animaux, écailles de poisson…).

Les collagènes de type IV et VII se situent à la jonction dermo-épidermique, permettant ainsi la cohésion entre le derme et l’épiderme. La communication entre les cellules de l’épiderme, couche superficielle de la peau, se fait grâce au collagène de type XIII.

 

Cosmétique : Booster sa production de collagène pour prévenir le vieillissement cutané 

Le collagène est un ingrédient cosmétique couramment utilisé pour le développement de soins anti-âge : crèmes anti-âge, sérums anti-âge, produits de comblement de rides en chirurgie esthétique et même nutricosmétiques. Lorsqu’il est associé à d’autres actifs anti-âge comme l‘acide hyaluronique et la vitamine C, ses propriétés sont amplifiées.

La perte de collagène liée au vieillissement naturel peut être anticipée et comblée de différentes façons :

  • Par soins cutanés grâce à l’utilisation de produits cosmétiques à base de collagène ou de ses dérivés
  • Par injections cutanées grâce à des produits de comblement

Il existe aussi sur le marché des compléments alimentaires à prendre sous forme de cure par voie orale. Ils sont fabriqués à base d’hydrolysats de collagène. Cependant, à l’heure actuelle aucune étude n’a prouvé leur efficacité sur l’apport de collagène ou la stimulation de sa synthèse dans la peau.

Pur, en association ou intégré, il a pour objectif de combler sa dégradation naturelle dans le derme au cours du vieillissement, par apport de molécules ou par stimulation de sa synthèse dans la matrice extracellulaire. Le collagène natif est cependant très limité dans son utilisation. En effet, c’est une macromolécule, molécule de grande taille (poids moléculaire important) incapable de pénétrer correctement dans la peau lorsqu’elle est appliquée à sa surface, et ayant un effet « filmogène » sur celle-ci.

Lors de son utilisation en tant qu’ingrédient cosmétique dans la formulation de soins topiques, il est nécessaire et primordial de prendre en compte 2 éléments indispensables pour assurer son efficacité. Pour cela, deux défis sont à relever :

  • La taille de la molécule de collagène doit être diminuée pour permettre sa bonne pénétration cutanée
  • Sa structure en triple hélice doit, en parallèle, être conservée car c’est elle qui est à l’origine de son activité biologique. Par conséquence, elle maximisera ses effets grâce à son rôle de stimulateur physiologique des cellules de la peau.

 

Origine du collagène en cosmétique

Le collagène est un actif naturel et est majoritairement d’origine animale. En effet, cette protéine se retrouve dans les organismes humains et animaux pour apporter résistance, soutien et cohésion aux tissus.

Le collagène végétal quant à lui n’existe pas. Même si certains surfent sur cette tendance actuelle, les plantes ne produisent pas de collagène. Elles synthétisent seulement un glucide, la cellulose, qui crée leur rigidité.

A l’heure actuelle, on peut distinguer plusieurs types de collagènes utilisés en cosmétique :

  • Les collagènes natifs dits solubles, possédant une structuration en triple-hélice et ne pouvant pas pénétrer la peau du fait de leur grande taille.
  • La gélatine : correspondant à la forme dégradée du collagène, est dénaturé par un procédé chimique recourant à des acides ou des bases alcalines dans une extraction à haute température. On obtient alors une protéine dite monomérique ne possédant plus la structure en triple-hélice caractéristique du collagène, et donc son activité. Ce monomère est donc dans l’impossibilité d’agir de manière physiologique dans les tissus de la peau. Par la disponibilité facile de sa matière première, la gélatine est largement utilisée dans le domaine industriel et les produits alimentaires. On la trouve couramment dans les gélules utilisées dans l’industrie pharmaceutique.
  • Les microcollagènes ou hydrolysats de collagène : la protéine de collagène est fragmentée en peptides grâce à un procédé chimique appelé « protéolyse ». Ils correspondent à de courtes séquences d’acides aminés, pouvant être couplées à des acides gras (afin de faciliter leur pénétration). On obtient alors un hydrolysat de collagène. Néanmoins, sous cette nouvelle forme la structure en triple-hélice caractéristique du collagène et qui lui confère ses propriétés biologiques, est détruite. Cet hydrolysat est donc dans l’impossibilité d’agir de manière physiologique dans les tissus de la peau. → Au sens biologique du terme, ces hydrolysats de collagène ne sont pas équivalents à la protéine native, bien qu’ils soient revendiqués comme tel, et leurs effets anti-âge sont largement diminués.

 

Le collagène Affinéis® d’INNÉIS

Pour pallier à cette problématique de perte de collagène dans la peau, INNÉIS a développé un tout nouveau collagène dédié à ses soins anti-âge : Affinéis®, le smart collagène miniaturisé et ciblé.

Grâce à un procédé de biologie de synthèse, il a été miniaturisé tout en conservant sa structure moléculaire en triple-hélice. Il est ainsi identique au collagène natif naturellement présent dans la peau. Il conserve sa propriété à se lier et à stimuler les récepteurs du collagène et agit directement sur les cellules cutanées.

Biodesigné, le collagène Affinéis® est dix à vingt fois plus petit que le collagène naturel. Sa forme vectorisée lui permet d’être transporté au cœur des cellules de la peau pour une efficacité optimale. Ses propriétés sont les suivantes :

  • Cible les récepteurs des fibroblastes et des kératinocytes, les cellules qui produisent naturellement du collagène dans la peau
  • Stimule la synthèse naturelle de collagène et d’autres protéines de la matrice extracellulaire.
  • Améliore l’activité cellulaire
  • Permet la restructuration de la peau en profondeur pour lui redonner fermeté et tonicité.

Contrairement aux autres marques cosmétiques qui utilisent de l’hydrolysat de collagène ou de la gélatine, Affinéis® agit de manière physiologique dans les tissus, en stimulant les mécanismes naturels de régénération de la peau. Par conséquent, il aide à combler la perte de collagène lié au vieillissement cutané.

Il a été développé pour une performance remarquable : en parfaite affinité avec les cellules de la peau, il vient directement se fixer sur celles-ci pour les stimuler et renforcer leur mécanisme naturel de protection et de régénération.

Chez INNÉIS, nous proposons une gamme complète de soins anti-âge, avec, au cœur de nos formules, un actif unique et breveté, Affinéis®. Sa présence confère à nos soins visage une action raffermissante en profondeur pour pallier la perte de collagène et stimuler la régénération de la peau.

Pour une efficacité optimale et un traitement complet de la peau, nous conseillons d’utiliser quotidiennement les quatre produits qui composent notre gamme :

  • La crème de jour anti-âge : L’Énergie à la texture légère et aux propriétés hydratantes pour tous les types de peaux, ou L’Harmonie à la texture plus riche et aux propriétés nourrissantes pour les peaux sèches.
  • Le sérum anti-âge L’Inédit pour ses propriétés raffermissantes.
  • Le contour des yeux décongestionnant Le Charme.
  • La crème de nuit anti-âge Le Rêve aux propriétés régénérantes.

Newsletter